Éric Brunson en sixième vitesse

Mis en avant

Cette 57e édition du rallye Le Touquet Pas-de-Calais, on peut le dire, à plus d’un titre, restera marquée dans les mémoires.

Ceci pour plusieurs raisons :  la qualité du plateau au départ de cette manche d’ouverture du championnat de France était assez exceptionnelle, ensuite, les nombreux rebondissements sportifs en raison d’incidents mécaniques, de petites sorties de route et des caprices d’une météo changeante ont tenu tout le monde en haleine. Sur le papier, les deux Ford WRC d’Éric Brunson, quintuple vainqueur sortant, et celle de David Salanon, semblaient inapprochables. La première journée allait nous montrer le contraire. Sur des routes pourtant sèches, les voitures de type R5 (Skoda Fabia, Ford Fiesta, Citroën DS3, Peugeot 208 T16), ont déjoué les pronostics. Quentin Giordano, Yoann Bonato et surtout Marc Amourette prenaient tout d’abord le rallye à leur compte. Piqué au vif, Eric Brunson revenait irrémédiablement en tête vendredi en soirée. Même David Salanon, seul adversaire avec la même monture, semblait résigné. L’étape du samedi, disputée sous la pluie puis sur asphalte asséché par une lumière revenue, promettait d’être disputée.

La bagarre a bien eu lieu mais seulement pour la chasse aux accessits, derrière l’intouchable Brunson. Sixième victoire pour le normand volant, ici, en Championnat de France. David Salanon n’a pas pu suivre. Les voitures de types R5, un peu moins puissantes, oui. Les talent des Bonato, Amourette et des jeunes Dubert, Wagner et Lo Fiégo y sont pour beaucoup.

Le résumé vidéo de l’épreuve ici

VHC :

La bagarre des modernes nous a fait quelque peu oublier les VHC qui, reconnaissons-le, ont assuré le spectacle en ouverture du rallye. La bagarre a été intense. Laurent Bayard, archi favori, ayant pris du retard dès la première spéciale de Bernieulles, a dû cravacher pour remonter les quatre minutes perdues. Il a même ajouté un handicap supplémentaire en étant pénalisé d’une minute à l’entame de la dernière étape. Il remporte néanmoins le rallye avec une belle avance.

Dès l’ES1, deux des favoris avaient dû abandonner sur panne mécanique : François Foulon (Ford Sierra) et Antoine Wan (Ford Escort RS). L’excellent Piet Declercq (Ford Escort) est 2ème à 50s. Avec son impressionnante Mercedes 500 SLC, le Belge Bart Vanhaverbeke complète le podium.

La course plus en détail catégorie par catégorie ci-dessous

6ème pour Eric Brunson

Mis en avant

Brunson passe la sixième !

Disputée en partie sous la pluie, cette deuxième étape s’est révélée particulièrement délicate à négocier pour les ténors du Championnat de France des Rallyes. Sur un terrain qu’il connaît comme sa poche, Eric Brunson (Ford Fiesta WRC) s’adjuge un sixième succès sur la Côte d’Opale. Le Normand devance finalement les DS 3 R5 de Yoann Bonato (Team CHL Sport Auto) et Marc Amourette qui lui ont donné du fil à retordre tout au long du week-end. Amourette fait coup double puisqu’il remporte également la manche du Trophée Michelin réservée aux voitures de la catégorie R5. Pierre-Alexandre Perrin réalise une superbe performance en imposant sa modeste Citroën Saxo en ‘Michelin’ (hors R5). Du côté du Championnat Team, c’est CHL Sport Auto qui se distingue sur cette première épreuve de la saison. Cédric Robert n’a pas raté son retour en formule de promotion puisque le Stéphanois s’impose dans le cadre du ‘Clio R3T Trophy France’.

CHAMPIONNATS
Scratch :
Eric Brunson n’a pas tremblé aujourd’hui malgré les assauts répétés de Yoann Bonato. Avec sept meilleurs temps (dont un ex-aequo) sur l’ensemble du week-end, Brunson a réussi à conserver l’avance acquise la veille malgré des conditions de routes pour le moins piégeuses. Ralenti par des disques de frein voilés dans la première boucle matinale, Bonato n’a pas pu inverser la tendance, mais il se console avec la médaille d’argent qui lui permet de prendre les commandes du Championnat. Excellent hier, Marc Amourette est parvenu à contenir David Salanon (Ford Fiesta WRC) pour le gain de la troisième place. Alors qu’il découvrait sa nouvelle Skoda Fabia R5, Vincent Dubert (Team FJ) termine à une prometteuse cinquième place devant Fabiano Lo Fiego (Ford Fiesta R5), qui signe un meilleur temps aujourd’hui. Auteur de belles performances sur des routes détrempées ce matin, William Wagner conclut l’épreuve au septième rang aux commandes d’une Ford Fiesta R5 qu’il apprivoisait ce week-end. Pierre Ragues complète le ‘Top 8’, tout heureux de découvrir cette épreuve sous la pluie et auteur de belles performances, notamment lors de la première étape.
VHC :
S’élançant en deuxième position ce matin après avoir écopé d’une pénalité d’une minute pour pointage en avance, Laurent Bayard (Porsche 911) a mis un point d’honneur à récupérer sa première place devançant à l’arrivée l’excellent Piet Declercq (Ford Escort). Avec son impressionnante Mercedes 500 SLC, le Belge Bart Vanhaverbeke complète le podium. Reparti en Super Rallye aujourd’hui, Anto Wan (Ford Escort) a réalisé un très belle étape en remportant quatre spéciales sur les sept de la journée.

TROPHEE MICHELIN
Intouchable ce week-end, Marc Amourette a littéralement dominé ses adversaires ! Déjà vainqueur du ‘Michelin’ en 2015, le pilote de la DS 3 R5 s’impose devant un surprenant Vincent Dubert et Fabiano Lo Fiego. Hors R5, il faut mettre en évidence la fabuleuse course réalisée par Pierre-Alexandre Perrin. Particulièrement satisfait par le comportement de sa Citroën Saxo dans les conditions difficiles rencontrées ce matin, le Béthunois enlève un succès mérité dans le cadre du Trophée Michelin. Deuxième, Maxence Maurice a réussi un bel exploit aux commandes de sa Porsche 996 GT3. Malchanceux l’an dernier et véritable cheville ouvrière du rallye, Alain Lefrançois (Peugeot 207 S2000) est enfin récompensé des efforts fournis avec une troisième place finale.

CHAMPIONNAT DE FRANCE TEAM
Le Team CHL Sport Auto commence la saison 2017 comme il avait terminé la précédente, par une victoire grâce aux excellents résultats obtenus par Yoann Bonato et Cédric Robert (Renault Clio R3T). L’équipe ardéchoise devance le tenant du titre, le Team RTTC Yacco qui a pu compter sur les précieux points apportés par Pierre Ragues et Jérôme Aymard (Subaru Impreza STI N15). Vincent Dubert a parfaitement réussi ses débuts au sein du Team FJ puisqu’il permet à la structure chère à la famille Galpin de monter sur la troisième marche du podium, Maxence Maurice apportant également des unités importantes au volant de sa Porsche 996 GT3. Handicapé par les abandons prématurés de Quentin Giordano (Skoda Fabia R5) et Charles Martin (Peugeot 208T16), le Sébastien Loeb Racing termine bon dernier de cette épreuve.

TROPHEE CLIO R3T FRANCE
Cette deuxième étape n’a pas bouleversé le classement établi hier ! Cédric Robert s’impose haut la main devant Florian Bernardi. Bien décidé à reprendre le temps perdu la veille, Jean-Paul Monnin est passé à l’offensive pour récupérer la troisième place aux dépends de Kévin Van Deijne.

ILS ONT DIT

Eric Brunson (Ford Fiesta WRC), vainqueur : « Je suis vraiment heureux de cette victoire. J’ai eu des doutes par rapport à l’an passé suite à ma grosse sortie de route. Revenir et gagner ici c’est super, je suis très ému. »

Yoann Bonato (DS 3 R5, Team CHL Sport Auto), deuxième : « Je suis content de cette deuxième place. J’ai eu confiance dans la voiture tout au long du week-end. Toute l’équipe a fait du super boulot, les ouvreurs également. Ce matin on a pu se lâcher alors que c’était très compliqué dans les spéciales. C’est un super résultat pour démarrer la saison. »

Marc Amourette (DS 3 R5), troisième et vainqueur du Trophée Michelin en catégorie R5 : « C’était une super course, ce n’est que du plaisir. On a fait le spectacle dans la dernière spéciale, les gens avaient besoin de se réchauffer ! La troisième place et la victoire au Michelin c’est génial. On n’a rien de prévu pour la suite du programme mais on va y réfléchir ! »

Pierre-Alexandre Perrin (Citroën Saxo), vainqueur du Trophée Michelin (hors R5) : « Cette victoire fait vraiment plaisir. On ne pensait pas l’emporter ici et c’est super pour l’équipe qui a passé des centaines d’heures sur la voiture. Je pense revenir en Championnat de France pour le Rouergue. »

Cédric Robert (Renault Clio R3T), vainqueur en Clio R3T Trophy France : « Le rallye n’avait pas trop bien démarré mais je savais que c’était long et qu’il ne fallait pas se démotiver. Je suis très heureux de cette victoire. »

LE BILAN
18 épreuves spéciales
Meilleurs temps : Brunson 7 (dont 1 ex-aequo), Bonato 3, Giordano 2, Salanon 2, Amourette 1, Roché 1, Ragues 1, Lo Fiego 1 ex-aequo.
Leaders :
Giordano ES1
Amourette ES2 à ES6
Brunson ES7 à ES8
Bonato ES9
Brunson ES10 à ES18

Classement final provisoire
1. Brunson/Gallier (Ford Fiesta WRC) en 1h58m44s2
2. Bonato/Boulloud (DS 3 R5, Team CHL Sport Auto) + 15s7
3. Amourette/Lemoine (DS 3 R5) + 27s8
4. Salanon/Forgez (Ford Fiesta WRC) + 41s1
5. Dubert/Coria (Skoda Fabia R5, Team FJ) + 1m17s5
6. Lo Fiego/Roche (Ford Fiesta R5) + 1mn42s8
7. Wagner/Parent (Ford Fiesta R5) + 1mn45s6
8. Ragues/Pesenti (Skoda Fabia R5, Team RTTC Yacco) + 2mn08s8
9. Tanghe/Cuvelier (Ford Fiesta R5) + 2mn50s8
10. Roché/Roché (Skoda Fabia R5, Team FJ) + 3m40s7
PRINCIPAUX ABANDONS

Yohan Rossel (DS3 R5) mécanique parc départ, Patrick Rouillard (Porsche 997 GT3 Cup) mécanique dans ES6, Sébastien Dommerdich (Peugeot 205 GTI) mécanique dans ES7, Emmanuel Guigou (Renault Clio R3T) mécanique entre ES8 et ES9, Charles Martin (Peugeot 208T16) mécanique dans ES9, Quentin Giordano (Skoda Fabia R5, Sébastien Loeb Racing) mécanique dans ES11, Yannick Roussel (Porsche 997 GT3 RS) mécanique avant ES12, Hugues Lapouille (Subaru Impreza WRX) sortie de route sans gravité dans ES12, Eric Mauffrey (Peugeot 208T16) mécanique point stop ES15.

CLASSEMENTS CHAMPIONNATS

Tous les classements sont à retrouver sur www.ffsa.org

Première journée surprenante

Mis en avant

Surprenante à plus d’un titre. Personne n’aurait pu parier sur la presque domination des voitures R5 sur ce rallye rapide qu’est le rallye le Touquet Pas-de-Calais.

Si le terrain était piegeux, gras, voir détrempé, la logique aurait voulu que ces dernières puissent être devant les WRC. Ce n’était en aucun cas le cas aujourd’hui. Sous un ciel bleu azur, les routes étaient désespérément sèches. Cela n’a pas empêché Yoann Bonato, Quentin Giordano, Pierre Ragues et surtout Marc Amourette d’être aux avant-postes. . Marc amourette semblait légèrement au-dessus du lot. Malheureusement, un problème de différentiel, stoppait net sa domination. Il réussit malgré tout à remonter lors de la dernière boucle pour recoller dans le trio de tête au pied du podium. Quintuple vainqueur du Touquet, Éric Brunson, a sans doute pris un uppercut lors de la première boucle matinale. Après une remise en question du set-up de sa voiture, il repart le couteau entre les dents, pour la boucle suivante. Petit à petit, sans commettre l’irréparable, il grappillait des secondes de-ci delà. Il termine ce soir en tête du rallye, non sans avoir dans ses rétroviseurs un Yoann Bonato menaçant. Son comparse équipé lui aussi d’une Ford WRC, David Salanon, sans vraiment faire d’étincelles, reste au contact.
Les autres pilotes de voitures R5 se partagent les miettes.

Ce soir, Éric Brunson (Ford WRC), est en tête, mais avec seulement 3s1 d’avance sur Yoann Bonato (Citroën DS 3R5). Troisième, Marc Amourette (Citroën DS 3R5), reprend du poil de la bête. Quatrième, David Salanon (Ford WRC), à 12 secondes, n’a pas dit son dernier mot. Cinquième, Pierre RAGUES (Skoda Fabia R5) est à 22 secondes. Les autres sont à une minute et plus. Éric Mauffrey (Peugeot 208 T 16), après une belle frayeur, ferme la marche des R5.

Cédric Robert, 16e, domine la coupe Renault Clio R3T.
Hugues Lapouille (Subaru R4), Pierre Alexandre Perrin (Saxo F2 13) et Jean Benoît Houssin (Mitsubishi R4), sont les trois meilleurs représentants de la ligue des hauts de France. Ils pointent soir à la 19e, 20e et 21e place du général. Prestations encore tout à fait remarquables de Pierre Alexandre Perrin, en lui souhaitant cette fois de pouvoir aller au bout.

Alain Lefrançois (Peugeot 207 S 2000) et Jean-Pierre Carlu (Subaru N4) se suivent dans cet ordre au classement. Rendez-vous demain matin vers 9h20 pour le départ de la deuxième boucle.

Il faut ajouter, chez les locaux, les abandons de Jean-Luc Debove (Subaru N4), de Françis Legrand (Clio F 2 14) tous les deux sur bris de moteur. Thomas Caron (Renault 5 GT turbo), a lui aussi abandonné sur problème mécanique.

Chez les VHC, Laurent Bayard, après avoir perdu plus de quatre minutes dans la première spéciale (perte de puissance) a cravaché toute la journée pour remonter. Il est ce soir en tête avec 16 secondes d’avance sur la Ford Escort de Piet Declercq et une minute 37 d’avance sur la Porsche Carrera d’Alain Lopes. Au quatrième rang, on trouve la Mercedes 500 SLC de Vanhavereke. Il reste 24 voitures VHC sur la liste officielle.

 Photos François Duvauchel

Testés à Clenleu

Mis en avant

C’est sous un franc soleil que la séance d’essais a lieu ce jeudi. Les alentours de l’église étaient noirs de monde et de voitures de course. Ce sont environ une trentaine d’équipages qui sont venus régler les voitures sur la spéciale de la petite commune du canton d’Huqueliers. Le maire du village, Alain Lefrançois, n’a pas pris part à cette séance d’essais, ayant réglé sa voiture (Peugeot 207S 2000) la veille sur circuit.
Ce très large public présent, grâce aussi à une météo plus que clémente, a pu assister aux dérapages et à des passages à vive allure sur le plateau de Clenleu. C’est d’ailleurs sur ce même plateau que la Clio R3T du journaliste de Canal+ Julien Fébreau est sortie assez sévèrement de la route. Les mécaniciens ont du travail toute la soirée pour remettre cette dernière en état. Il sera au départ ce matin. Autre aventure mécanique, celle de Pierre Alexandre Perrin qui a cassé un triangle et un cardan. Lui aussi sera au départ ce matin.